Il est plus risqué de travailler de manière isolée. Ne pouvant pas s’adresser à un collègue dans l’immédiat, le travailleur isolé peut avoir une réaction inadaptée. Il est aussi plus exposé aux agressions. Si des aléas devaient se produire, son isolement retarderait l’intervention des secours, ce qui aggraverait son cas. Grâce à un DATI ou dispositif d’alerte du travailleur isolé, il peut vaquer plus sereinement à ses tâches, mais le recours à cet équipement ne saurait suffire en cas de travail isolé.

Le fonctionnement d’un DATI 

Un DATI doit permettre à un travailleur isolé de signaler une situation critique à une personne ou à un centre spécifique chargé de déclencher les secours. Pour que les secours puissent intervenir dans les moindres délais, le message d’alerte doit au moins permettre de localiser précisément le travailleur isolé et donc fournir des coordonnées GPS. Selon le type de DATI, les informations transmises peuvent également indiquer l’état de la victime ainsi que les risques liés au terrain comme la présence de produits chimiques. 

Pour ce qui est du déclenchement de l’alarme, il peut se faire manuellement. Le travailleur isolé appuie sur un bouton d’alerte. L’envoi de l’alerte peut également se faire de manière automatique. Le DATI est dans ce cas équipé de capteurs qui permettent de détecter une immobilité prolongée ou une perte de verticalité. Un Dispositif d’alerte Atex adapté pour une utilisation en zone à Atmosphère Explosive est généralement doté de ces types de détections automatiques. 

L’alarme est alors retransmise à une personne ou à un centre d’appels via un réseau téléphonique ou une liaison hertzienne comme un réseau GSM ou une fréquence radio. Si le DATI permet d’établir le contact avec le travailleur isolé, une levée de doute est effectuée pour déterminer la gravité de la situation et éventuellement envoyer les secours. 

Les limites d’un DATI 

Les DATI ne sont pas infaillibles. Dans le cas d’un Smartphone équipé d’une application de protection du travailleur isolé, si la batterie se décharge, il ne sera plus en mesure d’émettre une alerte. Une mauvaise couverture GPS ou un réseau GSM saturé peut également entraver la transmission de l’alarme. Les DATI doivent également être adaptés aux conditions de travail pour éviter l’envoi de fausses alertes. Ainsi, il est important de tenir compte de la possibilité d’immobilisation du travailleur isolé ou de sa position couchée de manière prolongée dans l’exécution de ses tâches par exemple et de paramétrer le déclenchement de l’alarme en conséquence. 

Pour garantir l’efficacité du DATI, il est primordial de bien former le travailleur isolé à son utilisation. Il est tout de même important de souligner que ce dispositif ne saurait être suffisant pour optimiser la sécurité en cas de travail en isolement. Le recours à un DATI figure parmi de différentes mesures mises en place par l’employeur pour assurer la protection du travailleur isolé. Il doit en amont réaliser une démarche de prévention en évaluant les risques liés au travail isolé, adapter le travail pour réduire, voire éliminer les interventions isolées et organiser le déclenchement des secours. L’utilisation d’un DATI rentre dans ce dernier volet. Cette solution mobile peut être utilisée en complément d’un système fixe de détection comme un badge de présence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.